lundi 2 juillet 2012

[JEUX VIDEO] WET (PS3)

Ce jeu est sorti en 2009, je l'ai eu en 2012 pour la modique somme de 5 euros. Bah je ne le regrette pas, EXPLICATION:

Des références sûres: Ce n'est certes pas un jeu révolutionnaire, mais il est sympa, défoulant et surtout j'ai aimé l'atmosphère. Vouiiii avec tout plein de références que j'aime.
Rubi, qui manie armes et lame fait direct penser à La Marié de KILL BILL (2003 de Tarantino). Elle va se venger, elle tranche et est submergée par des flopées d'ennemies dans des lieux fermés. Surtout dans les décors asiatiques. Comme le film.

L'image sale ou vieillie, on a pu voir ca dans BOULEVARD DE LA MORT (2007 de Tarantino) et PLANETE TERREUR (2007 de Rodriguez). D'ailleurs, le jeu inclus des espèces d'interludes de pubs tout comme les films estampillés Grindhouse (dont Tarantino a rendu hommage). Le bar dans lequel les filles vont dans BOULEVARD DE LA MORT, avec toutes les affiches et enseignes lumineuses se retrouvent dans le jeu.

L'héroïne, Rubi, à le langage et le caractère de Machete du film MACHETE (2010 de Rodriguez). Quand aux protagonistes du jeu, qui sont biens barrés et sur stéréotypés m'ont fait pensé aussi à quelques westerns asiatiques. Très rares hélas, mais ils existent. Y'a le génial SUKIYAKI WESTERN DJANGO (2007 dans lequel Tarantino à un rôle au début du film de Takashi Miike) ou LE BON, LA BRUTE ET LE CINGLE (2008 de Kim Jee-woon). Les grosses mitraillettes fixes se retrouvent également dans ses 3 films. Enfin, la pellicule qui crame comme dans INGLORIOUS BASTERDS. Bref, Taranttinotitude et bonne référence ca ne vous auras pas échappé maintenant que je vous l'ai soufflé xd.

  
Matez SUKIYAKI si vous aimez les westerns, les films asia et le décalé:


Vers le chapitre 5 je crois (je ne suis plus très sûr), le jeu s'auto référence car on peut voir Zhi mettre son jeu video sur pause. Et en regardant vite, on s’aperçoit qu'il était en train de jouer à Wet. Dans le repaire de Rubi plus précisément: j'ai reconnu l'avion.

L'histoire: Rubi Malone, mercenaire, tue volontiers du moment que ca rapporte de l'argent. Elle se voit confiée une mission par un riche individu: celle de retrouver son fils. Une mission simple qu'elle remplira avec succès. Mais la fin de l'affaire prend une tout autre tournure. Trahie, elle se lance alors sur les traces de son patron, non sans laisser une montagne de cadavres derrière elle.

En somme, un scénario banal mais qui est prétexte au talent de tueuse de Rubi. Tout ca pour faire plaisir au joueur, encore que... En fin de compte, le scénario reste lui aussi dans le niveau de pas mal de film de série B.

Gameplay/Jouabilité: incarner Rubi, c'est comme avoir un mixe de personnages célèbres. En effet, elle saute de mur en mur et elle tire à 2 mains tel Lara Croft. Elle court le long d'un mur comme Le Prince (Prince of Persia). Elle voit des phases en bullet time comme Chow Yun-Fat (Stranglehold) ou Max Payne.

  

Sinon, la madame à une palette de combos sympatoches, mais au bout d'un moment ca devient répétitif, dans le sens où nous sommes obligé d'en faire pour marquer des points. On glisse sur les genoux, on saute partout, on plonge de différentes manières tout en tirant. On peut aussi glisser et enchainer avec la lame, ou faire tomber la lame sur un ennemi. Les combos et l'amélioration d'armes se développent en gagnant des points de style.
Ce qui est bien vu c'est qu'avec les 2 armes en mains, on en aura toujours une qui visera automatiquement un ennemi et l'autre c'est le joueur qui le dirige. Cependant, il faut avouer que la précision n'est pas vraiment au rendez-vous.
En ce qui concerne les points de style, plus on tue d'ennemis et plus on enchaine les multiplicateurs de points. Perso je n'ai  pas trop assuré car déjà je ne joue pas assez à des jeux de tirs. Et surtout, les armes ne visent pas bien. Donc je perdais vite mes multiples. Vers la fin j'y arrivais mieux, mais il manque tous le temps 200 points à la con pour réussir les chapitres du mode histoire en mode défis lol grrrr. En armes, nous aurons revolver, lame, fusil, mitraillette, arbalète...
Pour finir des ennemis, il vous sera demandé de réaliser des QTE.


C'est bien vu les séances d'entrainements dans le repaire du Rubi, entre certains chapitres, après qu'on ai le droit d'acquérir une nouvelle arme. Bon en même temps c'est comme un stage à part entière car si on ne réussi pas le défi on n'accède pas à la suite de l'histoire.

Le parcours est assez linéaire que ce soit à pied ou dans les airs. D'ailleurs, dans les airs on ne peut sauter qu'à des endroits bien définis. Pour un joueur qui éprouve une difficulté à trouver son chemin, Rubi grâce à sa super vision en pressant L2, fera apparaitre les zones sur lesquelles nous pouvons sauter ou s'accrocher avec une surbrillance rouge.

A la mort de Rubi, on reprend à partir d'un check point.

   

Sur notre trajet, il nous faut détruire les caisses et vases pour y trouver des bonus de points de style, des munitions. On pourra également se lancer dans la recherche des singes musiciens planquaient un peu partout (ca débloque un trophée et des images pour la gallerie). Les saletés de scorpions bien chiants à visé sont également à prendre en chasse (trophée) que j'ai découvert totalement par hasard car j'avais envie de tirer sur une bestiole lors d'un entrainement xd.

Il y aura des phases de course poursuite. Rubi saute de véhicules en véhicules en ne ratant pas les QTE. Et vous tirerez en même temps sur les ennemis pour faire des points, mais surtout pour ne pas mourir.

A certaine occasion (en sortant d'un ascenseur le plus souvent) Rubi tirera en pleine tête d'un ennemi. Ce qui aura pour effet de l'éclabousser de sang. Chose qu'elle ne supporte pas. Mais sur surtout prétexte à la faire entrer en mode rage. Un mode sympa où il faudra seulement s'occuper d'enchainer les ennemis en leur tirant dessus pour faire la plus grosse chaine de victimes possible. Par contre si vous marquer un temps de pause, l'enchainement redémarrera de zéro. C'est l'occaz de faire des points. Et surtout, ce monde est chouette en tricolore sur fond rouge, le reste en noir et blanc. Un peu comme MadWorl à part que c'est l'inverse. Et pour la simplicité des graphismes et des personnages faut penser à un dessin animé ou à ce que fait Brent Cheshire dans sa sérigraphie sur RESERVOIR DOGS.

MadWolrd + sérigraphie Reservoir Dogs = mode rage Wet
Graphismes/Visuels: Les décors et paysages sont beaux, en même temps l'Asie y est pour beaucoup. Les effets de vieillissement ne sont pas gênants, au contraire ils rajoutent un petit plus. Au delà de ca, j'ai eu une impression de pas très bien fait, voir sacrément moche sur la modélisation de certains personnages. C'est dommage, mais l'univers du jeu, la musique me l'on en fin de compte fait oublié.

Musiques/Voix: Elles sont génialissimes. C'est exactement le genre de musiques que l'on attend dans ce jeu. C'est vieux rock'n'roll, rockabilly, sons de westerns mexicains, garage rock ect, c'est ce que j'aurai mi et c'est ce qui correspond. On dira merci à Brian Lebarton et ceux qui ont travaillé et chanté avec lui. Mes musiques préférés sont "Crazy Loco Loquito by Gypsy Pistoleros", "Insane by The Arkhams", "The Undead West by Knock Galley West", "Una Para Todo Es Bandido by Gypsy Pistoleros", "Teddy Boy Stomp by The Chop Tops". Lebarton a créé la musique theme "Desert Slaying" que j'aime beaucoup. Bref, sinon je vous met la chanson theme et la pub qui vente les mérite de Rubi en chanson. Je kiffe car ca va parfaitement avec le délire du jeu.

Doublé en VF et plutôt bien pour profiter pleinement des répliques de Rubi lol tel que "On dirait des vieux qui niquent, c'est lent et tout liquide", "suce-moi connard", "Prenez ca bande d'enculés", "rah qu'est ce que je suis bonne"...
Par contre les voix ne suivent pas du tout le mouvement des lèvres.



CONCLUSION: Un jeu qui a ses défauts mais qui est défoulant, marrant et détendant (sauf quand elle vise comme une biquette). Une musique qui colle est reste en tête. Une héroïne atypique qui n'a pas sa langue dans sa poche. Un hommage à Tarantino et aux westerns. Dommage, le jeu se termine vite (je ne compte pas le fait de re re refaire le jeu dans le différentes difficultés qui se débloquent). Trailer:


NOTE: 13.5/20



© Ce n'est que mon avis et opinion, ma façon d'interpréter les choses parmi tant d'autres. Libre à chacun d'être d'accord ou pas, mais on n'impose pas son point de vue aux autres. Donc modérez vos paroles et respectez ce blog et les gens. Merci.

8 commentaires:

  1. jolie analyse, j'aime bien :) le jeu moins par contre. je lui ai collé 12 et résume ce que j'en pense par : WET n'est pas un mauvais jeu, il manque juste d'âme et de finitions... car lorsqu'on connait Gears of War, Lost Planet, Army of Two, Resident Evil, Dark Sector... forcément on est plus exigent ^___^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai mi 13.5 dans le sens où je me suis mieux amusé que sur POP 2008. Je voulais rester logique dans ma notation ;)

      Supprimer
  2. c'est Resident Evil 5 naturellement. tien au passage je rajoute le très explosif Stranglehold :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me le prendrais peut etre stranglehold

      Supprimer
  3. WET fait très cliché et copie très mal le style Tarantino pour ma part. En plus le mode rage est très mal foutu sur le plan graphique. Autant j'adore Madworld et la sérigraphie de Reservoir Dogs que tu montres, autant WET m'a fatigué sur ce plan. Je pense que 13,5 est une note correcte, voire généreuse de ta part (sans doute à cause des belles références sur lesquelles se sont basés ces escrocs de développeurs) :-)

    Captain Slip

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait quand je joue à un jeu, et c'est très important pour me comprendre, je ne le compare pas "à". Peut être que j'en ferais allusion pour des références, mais pas pour dire "c'est une copie", "il est mieux que"... je le juge tout seul, pour ce qu'il est. D'où mes notes.

      Supprimer
  4. Un jeu que j'avais fait quasiment à la sortie, j'avais été très déçu par la réalisation sommaire, le gameplay répétitif et le cheminement assez pénible. S'ils voulaient nous vendre du Tarentino/Kill Bill ça avait le gout d'une belle arnaque.

    Puisqu'on parlait chiffre j'avais colé un 4/10.
    j'avais preferé POP 2008 pour le coup vu qu'il a été évoqué, mais en général comme toi je juge un jeu sur ses propres qualités/défaut par s'il fait mieux ou moins bien qu'un cousin éloigné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente que tu appliques la même méthode. Car c'est dur quand les gens te rabache "ah oui mais tel ou tel jeu est"...

      Supprimer