vendredi 14 mars 2014

[FILM] CONSTANTINE Part.2

Je crois que la réplique la plus emblématique est certainement celle la: C'est Constantine, John Constantine pauvre con. (Avant d'expulser un démon). Alors que personnellement, la réplique que j'adore c'est celle-ci:
- Vous descendez ? (une femme)
- Pas si je peux éviter. (John). En fait, nous ce qu'on pense, c'est que ce film a été très mal compris du publique, les dialogues n'ont pas été saisi et le second et 3ème degrès non plus! C'est vraiment dommage car si il n'avait pas été autant critiqué ou boudé, on aurait eu une suite et même une série. On pense aussi que les fans du comics ont comme d'hab fait chiés avec leur "ce ne ressemble pas, ce n'est pas bien adapté" parce que les gens n'ont toujours pas compris qu'une adaptation c'est libre. Que ca ne veut pas dire "pareil" mais "inspiré de".
De plus, LE CASTING est phénoménale. Franchement, qui de mieux que Keanu Reeves pouvait joué John Constantine un mec hautain, blasé, sur de lui, cynique? Personne. Gabirel interprété par Tilda Swinton est parfaite dans le rôle de cet ange androgyne ayant elle même cette particularité physique. Shia LaBoeuf avec sa tête toute jeunotte, de bon copain qui essaye de montrer qu'il peut être pris au sérieux est bien trouvé pour jouer Chaz. Qui de mieux que Peter Stormare avec son nez légérement crochu, sa tête prédisposé à faire le vilain pouvait faire Lucifer.
LE VISUEL PAR MERLIN
La lumière 
Souvent représenté par des néons ou une source artificielle, la lumière est toujours présente ou non loin. Mais on remarquera qu’il y a la plupart du temps une confrontation entre les hommes, les hybrides et la lumière. En effet les sources lumineuses les entoures mais elles sont souvent éloignés, disparaissent, séparés. Il y a quelques scènes qui selon moi ont plus d’impact. La scène dans la rue où les démons viennent attaqués John et Angela, je trouve magnifique le plan sur la Vierge Marie dans la vitrine, qui s’allume et celui où elle s’éteint. Là encore des plans remplis d’allusions, surtout celui qui nous montre Isabelle au premier plan et le grillage là sépare de la Vierge qui tend ses bras

Les enfers
« Un espace abstrait […] un vaste trou noir » Le réalisateur a fait des recherches sur les peintres en autre de la Renaissance sur la représentation des enfers. Dans Constantine, on remarquera que le chaos et les enfers se traduisent par un monde en fournaise ou des démons grouillent de partout. Son interprétation est donc un enfer moderne, un Los Angeles sous le chaos, qui se traduit par « le monde à l’envers ». 
On retrouve donc des esprits, démons hybrides, de la possession. Ces êtres se distinguent par le souffre, les insectes, le noir, les ombres, la vanité et autres péchés, l’indication de plusieurs bible etc. Il y a donc ce qui viennent d’en bas sur terre qui sont des esprits ou des hybrides. La présence de l’araignée prise au piège dans la fumée mais surtout celle du crabe et forte de symbolisation obscur naturellement (sauf si vous êtes chinois ou cambodgiens, là c’est bénéfique), elle rappelle entre autre la maladie qu’a John et sa peur. Surtout que l’on nous montre un plan avec un panneau publicitaire « Il vous reste peu de temps… ». 
Un bémol malgré tout est à donner. En effet la hiérarchie n’est pas suivie, Mammon en réalité n’est pas le fils de Satan. Concernant Gabriel, les catholiques peuvent s’insurger et ne pas comprendre pourquoi il est sur terre et prend part à cette histoire. Bon après on retrouve l’idée que les Nazis sont le mal absolue également…

L’importance des couleurs
Dans Constantine on s’aperçoit que certaines couleurs apparaissent à des moments bien précis créant l’atmosphère des lieux. Dans le club où se trouvent les hybrides l’ambiance est rouge, quand John et son élève rentre et sortent du club pour combattre l’ambiance est toujours rouge. La couleur rouge est définitivement liée au mal quand Lucifer dit à John «un parc d’attraction pleins de rouge carmin t’attend ».
La première partie du film du Mexique à l’exorcisme la lumière est dans les tons orangés. Quand nous sommes dans la ville, il y a la clarté et la pénombre. La partie de la piscine est dans les tons bleutés, vert et en prenant en compte la froideur de l’hôpital.
Les personnages principaux ont tous des couleurs qui les définissent.
Les décors
Il y aurait beaucoup à dire sur les décors mais je vais juste en parler en 2 points, qui me paraissent les plus intéressants. Au chapitre du combat à la piscine.
A partir du « dans la lumière je t’appel » et Gabriel qui nous apparait en camisole, cette partie est pour moi la plus fascinante du film. Bon déjà la piscine est comme par hasard en forme de crois, l’air de rien si la piscine aurait été rectangulaire ça ne serait pas le même impact. Encore moins quand on voit en contre plongé Isabelle atterrir (en croix) dans la piscine. Le blanc de Gabriel n’est plus la pureté mais un blanc de folie, elle balaye John par son souffle (rappelons que les seuls à utiliser un souffle divin sont les méchants, l’hybride qui changea l’eau et là Gabriel pour blesser John) et l’enferme dans l’autre pièce. Encore une fois, nous avons beaucoup dans d’allusions et de symbolique dans ce chapitre. Quand John se suicide, contre plongé et la lumière de la sortie de secours clignote. Non seulement il n’y a plus d’issus mais en plus cela annonce l’arrivée de son pote lulu.
Comme je le disais plus haut le film joue sur des ambiguïtés entre les frontières du bien et du mal, là encore quand on voit le diable en costume blanc, on peut se poser des questions. Il faut également parler de son apparition, il arrive dans haut et on cadre sur ses pieds où du goudron dégouline. Le diable est ainsi relié à John, il a des actions dans les « cancerétes » (du goudron en sommes !)
Le cadrage et les encadrements
Le cadrage est les points de vue ne sont pas anodins dans Constantine, oui ce n’est jamais pour le plaisir dans un film. Mais dans le film la caméra devient un œil à part entière ! On suit John, parfois c’est comme si on l’espionnait (sommes nous à la place de Dieu, lulu ?). Il y a même un moment où John éclabousse la caméra en jetant au loin le crabe dans la rue. Souvent la caméra nous place de loin ou nous met à la même hauteur que ce que l’on doit voir (on suit l’objet comme la bassine, on voit Midnight de loin comme accroupie derrière son bureau)..
Les encadrements et la profondeur sont également importants dans cette construction des images. On retrouve très souvent des longs chemins, des longues pièces ainsi que les couloirs. Quand John dit qu’il doit manger, il y a un plan où la caméra recule de l’appartement et sort par la porte. On peut citer également le passage où John va combattre Balthazar, à un moment la caméra sort et rentre dans la salle de conférence par une porte.
Je pense ainsi que les passages des portes et les encadrements sont capitales dans l’histoire.

NOTE15 moi, 16/20 Merlin


Le forum de Merlin > c'est ici

3 commentaires:

  1. Mon Film préféré , pour part c'est du 19/20 =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah wouais quand même 19 ;)
      Merci pour le comm' en tout cas.

      Supprimer
  2. Je pense que les fans du Comics n'y sont pas forcement pour grand chose et au final selon moi, ce film retranscrit bien l'ambiance des Hellblazer.
    Les bémol se porte sur un adaptation en piochant un peut partout sans réel cohérence et c'est pour cela que le pilote de la future série m'a bien plus convaincu car il a été fait pour redonner envie aux fans et pour les autres aussi. Je continue sur les bémols avec pour ma part Kenuu Reeves qui n'incarne en rien ce que devrait être Constantine, il est trop plat comme acteur pour l'incarner comme il se doit.

    Après ce n'est qu'une histoire de goûts, et je conseil de lire Les dossiers de Hellblazer paru chez Urban Comics ou encore la série Hellblazer via Garth Ennis pour comprendre l'ampleur du personnage.

    Okami73

    RépondreSupprimer