jeudi 24 avril 2014

[FILM] 47 RONIN

ARTICLE EN COOPERATION AVEC MERLIN

Après quelques recherches, j'ai trouvé que l'histoire a fait l'objet de près de 90 adaptations avec
deux choix possibles: Un qui privilégie la dimension théâtrale (kabuki en asie) avec des dialogues et une dimension morale. L'autre qui s'oriente sur la pure tradition du film de sabre. Le film de Carl Erik Rinsch se base sur le 2ème mais il a choisi d'y rajouter une dimension mystique. Voici le spitch du film: L’histoire nous raconte comment se sont inscrits dans l’histoire les 47 Ronin qui jurèrent vengeance après la mort de leur maître Asano. Dans un Japon peuplé de créatures mystiques où se mêlent magie et tradition, cette quête suicidaire sera menée par deux leaders, le chef des anciens samouraïs du clan Ako et par le demi-sang, jadis renié par tous, Kaï.

Sachez que l'histoire des 47 rōnin n'est pas une pure fiction. Elle correspond vraiment à un fait historique. En 1701 dans la région d'Ako (préfecture de Hyōgo), un groupe de samouraïs est laissé sans chef (d'où le nom de ronin) après la condamnation de leur daimyo Naganori Asano, au suicide rituel par le shogun Tokugawa Tsunayoshi. Il est accusé d'avoir blessé Yoshinaka Kira (1641-1703), maître des cérémonies de la maison du shogun, qui l'avait insulté. Les 47 rōnin décident de le venger en tuant Kira. Après avoir patiemment attendu et planifié l'attaque pendant près de deux ans, l'attentat a lieu le 14 décembre 1702. Les 47 furent eux aussi condamnés au seppuku pour meurtre et s'exécutèrent le 4 février 1703. Ils connaissaient tous les conséquences de leur acte et c'est pour cette raison que leur action est considérée comme particulièrement honorable.

Le film est largement critiqué mais
il inspire les fans ©2014 VaissLogus
Si dans le réel il s'agissait d'un manque de respect et d'honneur, dans le film Kira est un homme qui veut tout le pouvoir et met en place une stratégie pour faire obstacle à Asano.
Pour ceux que ca interesse, les vrais faits: Kamei Korechika et d'Asano Naganori, le jeune daimyo du fief d' Akō dans la province de Harima (à l'ouest du Honshū). Ils sont chargés d'organiser la cérémonie d'accueil pour le cortège de l'empereur Higashiyama, attendu à la cour du Shōgun à l'occasion du Sankin kōtai, la réunion périodique des daimyos.
Pour être instruits de l'étiquette très rigide de la cour, ils se présentent au maître des cérémonies Kira Kōzuke no Suke Yoshinaka, haut fonctionnaire dans le shogunat de Tokugawa Tsunayoshi. Or Kira se montre particulièrement mal disposé à leur égard, probablement à cause de la modicité des présents qu'il reçoit en contrepartie de la formation. Kira était un personnage assez cassant, d'autres le décrivent comme quelqu'un de corrompu. Comme Asano, très croyant et conformément à l'enseignement de Confucius, refuse d'entrer dans ce jeu de corruption, le maître de cour Kira devient plus arrogant, commence à se conduire de façon injurieuse à l'égard des deux daimios et néglige totalement la formation qu'il est censé leur donner. A bout Asano blesse un serviteur et demande que Kira vienne s'expliquer. Bon après y'a plusieurs versions mais dans tout les cas c'est Asano qui trinque et meurt.

Si le film respecte plusieurs points des films asiatiques tels que l'honneur, la tradition, la famille, la noblesse d'une cause ou vengeance, la mythologie. D'autres points eux, le décrédibilise. Comme les effets spéciaux par images de synthèses. Autant on a aimé les chorégraphies des scènes de combats autant par exemple la bête démoniaque dans les montagnes paraissait tellement fausse (mais bien dessinée)! Le décalage était trop gros, on avait l’impression de voir les rajouts à l'écran. Comme si, nous simple spectateur nous assistions à l'encrage de l'image de synthèse sur le film... chose que nous ne devrions pas distinguer. Et en fait, quand on cherche un peu, si vous lisez Variety, vous saurez d'où viennent ses problèmes d'images. Il y a eu une grande mésentente entre le réalisateur et les studios Universal! Que passa ? Et bien Carl Rinsch voulu un film accès sur les arts martiaux et là-dessus on le rejoins tout à fait et le comprends. Alors que les studios "business, business", eux, voulaient un film accès sur la 3D pour attirer le public. Ainsi on saisie mieux pourquoi il y a autant d’images de synthèse et pourquoi il y a cet effet d’ajout.
Après si le film parait bancale, c'est peut être parce que Carl Rinsh bah il n'est pas connu et il n'a pas fait grand chose. Il a fait un court métrage en 2010, LE CADEAU (The Gift)’.  Sans spoiler on dira simplement, que Le cadeau est un court métrage très étrange, nous entrainant dans un univers futuriste en plein Moscou post-apocalyptique où tous s'entretuent pour le contenu d’un coffret. Un travail d’image de synthèse très réussi avec un budget quand même de cinq milles dollars pour 4 minutes 39. Déjà là on sent la frustration, pas de fin, c’est à nous de l’imaginer comme le début. Pour nous c’est limite une sorte de trailer qui donne l’eau à la bouche. Le film rappelle I. ROBOT (2004) en autre. Rappelez-vous du design des robots, tout de suite ça frappe aux yeux! Avant ça il avait réalisé un long-métrage introuvable, un remake de l’étrange créature du lac noir "The creature of black lagoon" de Jack Arnold. C’est un monstre anthropomorphique, mi poisson-mi homme, un film culte des années cinquante qui aura inspiré un grand nombre de réalisateur, tels que Guillermo Del Toro, Tim Burton. Il faut dire aussi que The creature of black lagoon est l’un des premiers à  relever le défi technique de la 3D et a connaître un succès. Il est retranscrit en relief, avec le procédé du Vectograph conçu par Polaroïd où il ne fallait alors qu’un projecteur synchronisant les images et pour les spectateurs des lunettes bicolores, avec des verres rouge et bleu!
C’est sûr qu’en le regardant en 2014 certaines personnes dirons que c’est une blague. Mais dans l’histoire de la culture cinématographique ce film est important.
Tout ceci pour dire que le réalisateur de 47 Ronin a un goût prononcé pour la SF. Ce qui explique bien des choses pour notre film.  Cependant, on ne comprends pas trop pourquoi Universal a confié un tel projet avec un budget aussi colossal à un novice qui n’a jamais fait ses preuves...

Heureusement, il y a de très bons points comme le casting. Commençons par le commencement, notre Keanu Reeves. C'est encore une fois, exactement le genre de rôle qu'il lui faut. Il joue un personnage mis à l'écart pour sa différence de sang. Il ne parle pas beaucoup, est très mystérieux, mais agit toujours avec sagesse bien qu'il enfreint des règles c'est uniquement pour aider. Oishi joué par l’acteur Hiroyuki Sanada, très connu en orient comme occident, vous l’avez sûrement vu dans Le Dernier Samouraï, Wolverine, Ring, Revenge (série que Karma kiffe). Ici on le retrouve dans un rôle qui le correspond bien, rappelant celui dans Le Dernier Samouraï justement. Tadanobu Asano qui joue Lord Kira on le retrouve dans des blockbusters comme Thor, Battleship, puis des moins connus pour ceux qui ne s’intéressent pas au cinéma asiatique comme Mongol, a joué plusieurs fois avec Takeshi Kitano (excellent acteur), dans Tabou et Zatoichi (un de nos films fétiche du ciné asiat) etc. Il y a un personnage qui a une très forte personnalité malgré elle dans ce film, c'est la sorcière Lady Mizuki joué par Rinko Kikuchi. Peut-être vous rappelez vous d’elle dans Pacific Rim, Babel, Une arnaque presque parfaite (film bien sympathique) ou dans Shangai? Bref, Min TanakaKô ShibasakiMasayoshi Haneda (qu'on va voir dans pas longtemps avec Tom Cruise dans EDGE OF TOMORROW sont des acteurs connus dans leur pays.
Si vous avez vu le film, vous vous serez peut être rendu compte que 47 Ronin est un peu raconter ici comme un compte. De plus, tout le bestiaire qui y est présent renforce cette idée. C'est de là que vient la dimension mystique dont on vous parlez au tout début. Prenons la plus classe, la sorcière Mizuki, qui se caractérise par ses yeux vairons. Elle peut se transformer en Kitsune. Ce qui n'est pas bête vu que dans certaines interprétations, les kitsune pouvaient prendre forme humaine de femmes très séduisantes. Elle a toute une panoplie de pouvoirs assez réussi à l'écran tels que ses cheveux qui se mouvent comme des pattes d’araignées ou des piques. Elle peut virevolter comme ses vêtements. Et le must, sa vraie forme, celle du dragon (d'ailleurs c'est chinois la mythologie du dragon, bizarre). 

On pense direct au Voyage de Shiiro
On a aussi le Kirin de la scène du début un animal composite possédant des caractéristiques du cerf, du cheval, du dragon (qui en fait, lui aussi est emprunt de la mythologie chinoise....). Ce qui est interessant de noter, c'est que le kirin "réside que dans des endroits paisibles ou au voisinage d’un sage, en découvrir un est toujours un bon présage. On lui prête aussi le pouvoir d'amener un fils talentueux qui fera de grandes choses". Du coup, on se
Et là, on pense à Princesse Mononoke
dit que Asano en le tuant ne pouvait que s'attirer la mauvaise augure sur lui! Même si, son fils adoptif, Kai, accompli une grande chose, il en meurt.

Enfin, les Tengu. Ils sont mal vu et crains de le film. Et pour cause, le Bouddhisme a considéré pendant longtemps que les tengu étaient des démons perturbateurs et des annonciateurs de guerres. Ce qui nous donne un présage de plus quant a l'avenir des personnages du film! Les plus anciens Tengu sont représentés avec des becs, "mais ce trait a souvent été humanisé en un nez anormalement long, qui est actuellement largement considéré comme la caractéristique définissant le tengu dans l'imaginaire populaire". Les disciples étaient en tenue jaune avec des touches rouge. Caractéristiques respectés dans le film. 
BA qui comme d'hab gache le film en montrant des moments clés:


Pour conclure on dira, que le film laisse pas mal de part d'ombre. Comme par exemple, Kai est un demi sang mélé parce que son père était un démon, ou parce que son père était pas asiatique? Car au fond, ses pouvoirs il les tient du clan des tengu.
La sorcière est au summum de la perfidie, la méchanceté. C'est le personnage qui se démarque le plus du film, volant la vedette à Kai et Oishi. Il y a des incohérences niveau mélange des mythologies chinoises et non japonaises. On se demande que vient foutre Zombi Boy sur les affiches du films étant donné qu'il n'a rien fait d'extra à part des pubs, des clips. Les scènes d'actions sont cool et prenantes même si les effets spéciaux gache l'ensemble. Y'a franchement rien à redire sur les décors, typique du cinéma japonais.

NOTE: 13/20

Le forum de Merlin > c'est ici


© Ce n'est que mon avis et opinion, ma façon d'interpréter les choses parmi tant d'autres. Libre à chacun d'être d'accord ou pas, 
mais on n'impose pas son point de vue aux autres. Donc modérez vos paroles et respectez ce blog et les gens. Merci.

12 commentaires:

  1. Richter Belmont25 avril 2014 à 21:27

    Ca me fait penser que j'ai toujours pas maté l'adaptation ciné de Kenshin.

    Et qu'on est dredi.

    Bonjour.

    RépondreSupprimer
  2. Richter Belmont26 avril 2014 à 16:58

    C'est une excellente question voire même une suggestion nimbée d'un amical conseil que je vous remercie de m'avoir posée.

    Il ne me manque plus qu'à la poser à mon tour à ce cher Gérard Oogle.

    Ca va sinon ?

    Noël au scanner, Pâques au Rabanne.

    (kikoo)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A votre service très cher.
      Envoyez moi un mail, et je me ferais un plaisir de vous répondre et de vous parler de mes palpitantes aventures.

      J'ai capté le jeu pour "paques au rabanne" mais le 1er je ne saisi pas.

      Supprimer
    2. Richter Belmont29 avril 2014 à 20:14

      Je viens de tenter l'incroyable : envoyer un COURRYAYL.

      Mais si ça se trouve, l'adresse n'est plus la bonne et c'est Monsieur Poutine qui a reçu. Ca tombe bien, faut qu'on cause lui et moi de l'Ukraine.

      Supprimer
  3. perso tu m'as donné envie de le voir :) du coup je te dirais ce que j'en pense à ce moment là. bon article en tout cas ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien on verra bien si tu aimes. En tout cas je pense que ceux qui ne connaissent pas du tout la légende des 47 ronin, ca peut être un plus pour apprécier le film.

      Supprimer
  4. Perso j'ai beaucoup aimé le film. J'ai bien aimé le parti pris artistique et je ne connaissais pasl'histoire de base; donc ça a sûrement aidé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense oui ;)
      Merci pour ton commentaire ^^

      Supprimer
    2. C'est vrai que je n'avais plus le temps de passer récemment vu que j'ai eu quelques changements niveau boulot.

      Sinon je me souviens de ton article sur Real HUmans: est-ce que tu as vu / regades la saison 2?
      Elle est disponible sur le net en ce moment. J'en suis à peu près à la moitié et c'est toujours aussi bien à mon avis :)

      Supprimer
    3. Quelques changements?

      Non je t'avouerais que j'ai laissé en suspend plusieurs séries car j'étais dans ma période MMO du coup je ne faisais que ca. Là je reprend, donc ca ne saurait tarder ^^ et je te donnerais mon avis. C'est déjà bon signe si tu me dis que c'est tjs aussi bien, car je ne connais pas grand monde qui regarde.

      Supprimer
    4. Oui changement de boîte.
      Rien de bien grave mais c'est stressant et ca prend du temps.

      Mais là to est revenu dans l'ordre :)

      Supprimer