jeudi 28 juin 2018

[JEUX VIDEO] UNTIL DAWN (PS4)

UNTIL DAWN

Date de sortie : 26 Août 2015
Genre : Survival, Horror
Editeur(s) / Développeur(s) : Supermassive Games et Sony Computer Entertainement
Classification : +16 ans
Mode(s) : Jouable en solo
Langue : Voix en anglais, Textes en français
_________________________________________________
_________________________________________________

Je sais ce que vous vous dites, ce n'est pas mon genre de jeu et en effet on me l'a prêté. Comme je ne suis pas quelqu'un de bornée, j'y ai joué mais avec ma sœur, Merlin. Ce qu'on a fait c'est que moi j'ai joué les personnages féminins et elle les personnages masculins. Le jeu est sorti en 2015, c'est un survival-horror. Je ne sais pas si c'est parce que c'est assez prévisible, ou parce qu'on n'est pas fan du genre, mais le jeu ne nous a pas emballé.

Quand on t'invite dans un chalet, en montagne, loin et isolé, tu te doutes bien que ça va mal se passer. Et pour ça, y'a pas besoin de lire le pitch du jeu lol. Hiver 2014, nous sommes 8 petits cons réunis pour les vacances dans le chalet de la famille de Josh. Beuverie, blagues, hormones en chaleur, et pour pimenter le tout un tueur. En somme, tout le classique du teen movie slasher. Et c'est bien cela le problème pour nous, c'est le "classique". Quand on connait le genre, on sait très bien comment ça va se dérouler. Très sincèrement, hormis un détail, nous avions trouvé le "tueur" donc ça avait été sans aucune surprise. Du coup, heureusement qu'il y a plusieurs intrigues dans l'intrigue.

[SPOIL A PARTIR D'ICI] Bref, revenons sur l'intrigue. Suite à la mauvaise blague des autres, Hannah a la super bonne idée de partir seule dans la neige, dans le froid, normal quoi lol. Mais pourquoi tu fais ça meuf?! Beth sa sœur jumelle la rattrape, ambiance louche, flammes, mec bizarre et boum elles tombent d'une falaise. Les corps ne seront jamais retrouvés. Nous, ce qui nous frappe c'est que la bande, l'air de rien, ils ont provoqué la mort des 2 filles mais ce ne les empêchent pas d'être potes et de se réunir. On en parle de la responsabilité, de la conscience et tout? Non lol. On a tué 2 copines mais on accepte l'invitation de leur frère Josh en 2015, au même endroit, dans le même chalet. Emily, Mike, Ashley, Jessica et Matt font leurs trucs d'ado et petit à petit on comprend que ça va mal se passer et que quelqu'un essai de les tuer. Nous n'allons pas tout décrire, à la place on va parler de l'autre intrigue.

L'hôpital glauque à souhait et les mines: il y a très longtemps des mineurs étaient restés bloqués dans la mine locale. Après une certaine période ils sont sauvés et amenés à l’hôpital. Suite à cet incident, il se passe des choses très étranges: des meurtres, personnels mangés, disparitions. Et en effet, il y avait 30 mineurs, mais seul 12 sont revenus de la mine et cela a été caché.
Ce qui nous permet d'en venir à la personne bizarre déjà croisée lorsque les 2 sœurs étaient sur la falaise. Celui qu'on revoit dans le hangar. C'est en fait un vieil homme avec un lance flammes (oui les fameuses flammes), mais il n'est pas méchant. C'est le protecteur de la montagne, il aide les gens contre la menace qui plane dans ce lieu reculé: les wendigos. C'est lui qui nous apprend que les wendigos sont en fait les mineurs survivants qui ont manger les 18 autres mineurs pour survivre. Ce qui a déclenché la malédiction.

La dernière intrigue concerne Josh. Celui-ci est perturbé mentalement et voit même un docteur psychiatre tout au long de l’histoire, le Docteur Hill (qui n'existe pas en réalité, c'est le Moi de Josh). En fait, y'aura au moins une personne qui aura réagi que c'est la bande d'amis qui a tué les 2 sœurs, mais malheureusement c'est celui qui a fini cinglé!

Maintenant que ces gros points sont vus, on peut passer au gameplay. Nous pouvons déjà vous dire que malgré notre bonne volonté nous avons eu plein de morts. Parce que vraiment tu es persuadé de faire le bon choix mais non lol. Et c'est devenu un cercle vicieux. Oh, je peux vous dire que nous avons gueulé plus d'une fois devant l'écran.
Je ne sais pas vous, mais les personnages sont tellement insolents, idiots et puis surtout ça se passe tellement vite qu'on n'a pas le temps "d'aimer" ces adolescents. Du coup, au moment des choix scénaristiques ou des dialogues nous n'avions pas envie d'être sympa XD. Aussi, parfois ça donné l'impression de "toi tu meurs comme ça moi je ne meurs pas"...

En ce qui concerne la maniabilité c'est plutôt bien fait, sauf pendant les phases de tire. Heureusement, il n'y en a pas beaucoup. Il y a quelques séquences parsemées de QTE, qui si elles sont ratées vous feront basculer dans un choix complètement différent. Et plus on progresse dans l'histoire, plus ça ira vite.

Nous avons détesté avoir après chaque fin de chapitre un résumé, surtout qu'on ne pouvait pas le passer (ou alors nous n'avons pas trouvé). On a trouvé le jeu ennuyant et les longueurs inutiles lors des phases d'enquêtes ont amplifié ce sentiment.
Les objets qu'on peut regarder, toucher etc nous avons trop eu l'impression qu'ils ne servaient à rien, hormis pour des trophées.
Vous l'avez sans doute remarqué vous aussi, la modélisation est très bien faite, d'ailleurs nous avions reconnu certains acteurs. Par contre, niveau synchronisation c'est à la ramasse.
A cela, s'ajoute la sensation de frustration. Car certains QTE qui si ils sont loupés nous orientent vers un scénario que l'on ne souhaitait pas du tout. Et ça, sans possibilité de recommencer la séquence. Ou le côté peu lisible de certaines conséquences de choix. Sans compter ces morts qui arrivent pour un rien et limite sans aucune justification (genre Jessica et Matt).
En plus, je dis ça comme ça, mais dans les slashers, la bitch ou les gens de couleurs meurent souvent en 1er et de façon plus atroce. Ce qui est également le cas dans Until dawn: Jess veut consommer son plaisir....hop elle se fait attaquer et meurt si vous foirez.

Nous, nous n'avons pas aimé, cependant le succès avait été là à la sortie de ce jeu. Donc, si vous n'avez pas les mêmes goûts, affinités et sens du scénario que nous 2, n'hésitez pas à le jouer surtout si vous avez apprécié Heavy Rain. Until Dawn est comme un film (d'ailleurs fait par un réalisateur de film d'horreur) avec la bande de personnages classiques de la bitch, les athlètes, les vierges, l'idiot et l'intello typique du genre slasher. Et c'est peut être ça qui nous a ultra pénalisé dans notre appréciation étant donné l'évidence du déroulement de l'histoire. A cela, s'ajoute le fait que nous avons fini le jeu en une journée.



© Ce n'est que mon avis et opinion, ma façon d'interpréter les choses parmi tant d'autres. Libre à chacun d'être d'accord ou pas,
mais on n'impose pas son point de vue aux autres. Donc modérez vos paroles et respectez ce blog et les gens. Merci.

mercredi 27 juin 2018

[JEUX VIDEO] SUPER MARIO 3D LAND (3DS)

SUPER MARIO
3D LAND

Date de sortie : 18 Nov 2011
Genre : Plate-forme
Editeur(s) / Développeur(s) : Nintendo
Classification : +3 ans
Mode(s) : Jouable en solo
Langue : Voix en anglais, Textes en français
_________________________________________
_________________________________________

J'ai eu ce petit jeu (je dis "petit jeu" car il n'a pas une durée de vie oufissime) à noël. Il est sortie en 2011.
Il est sympathique, idéale pour jouer le soir dans son canapé sous un plaid ou sous une couette dans son lit. Le jeu est un peu vieux, les graphismes m'ont assez surpris mais pas dans le bon sens. Cependant, c'est l'un des premiers jeu de la console et il faut faire avec ces plus et ces moins. Après avoir rafraîchi Super Mario Bros en "New Super Mario" en 2006, c'est au tour d'une combinaison de jeux estampillés Super Mario à devenir "Super Mario 3D Land". Pour le meilleur ou pour le pire, en tout cas moi ce n'est pas spécialement pour le meilleur XD.

Ce qui m'a frappé en premier, ce sont les couleurs et les graphismes! Franchement, je n'adhère pas du tout. Je ne sais pas trop comment l'expliqué, c'est l'emploi de couleur à vif. Hyper primaires, sans aucune touche acidulé ou chatoyante. De plus, c'est quoi cette fausse vue mi 2D mi 3D? Ça m'a tellement dérangé, surtout pour des sauts.

Par contre, j'ai apprécié le parti pris d'être nostalgique. Ça m'a rappelé mes parties endiablées sur NES. Ainsi, vous aurez le plaisir de retrouver le costume de Raton Laveur devenu Tanuki (Mario ou Luigi sont intégralement habillés) qui permet toujours de donner des coups de queue et de planer.
On retrouve aussi le plaisir de courir comme un fou sans s'arrêter en fracassant les ennemis sur son passage avec l'étoile d'invincibilité.
Enfin, au lieu d'acquérir les étoiles on retrouve la traversé des niveaux en temps limité pour atteindre le fameux drapeau.
Le jeu intègre aussi son lot de nouveauté pour satisfaire anciens et nouveaux joueurs. Comme par exemple le costume de Mario boomerang qui permet d'atteindre n'importe quel ennemi à distance ainsi que de récupérer des objet. Ou encore la feuille pour Mario statue qui revêt un costume de tanuki mais avec la possibilité de se transformer en une statue. Enfin, la feuille pour Mario tanuki blanc qui apparaît lorsque l'on perd plusieurs fois de suite dans un niveau. Elle combine les effets de la super feuille et de la super étoile.
Vous pourrez compter également sur l'intégration de jumelles, permettant d'observer les stages ou des blocs...

Ceci étant abordé, je peux en venir au contenu du jeu qui pour moi est bien maigre et pas très fun. Je pense que nous sommes beaucoup à être d'accord sur ce sujet. En effet, il y a que 8 mondes assez courts et sans véritablement de challenge. Vous vous rendrez vite compte qu'il n'y a pas de difficulté même en étant chronométré. Par contre, vous trouverez peut être plus d’intérêt dans cette cartouche grâce aux 8 mondes spéciaux à la difficulté plus élevée! A vous de les débloquer.

Voilà, je ne vais pas épiloguer plus longtemps sur ce Super Mario 3D Land car bien d'autres articles m'attende. Je confluerai en disant que l'on sent bien que Nintendo a tout fait pour que son 1er jeu sur Nintendo 3DS soit le plus accessible possible aux nouveaux joueurs. Pour les autres, il vous faudra certainement débloquer les niveaux spéciaux pour vous amusez.


© Ce n'est que mon avis et opinion, ma façon d'interpréter les choses parmi tant d'autres. Libre à chacun d'être d'accord ou pas,
mais on n'impose pas son point de vue aux autres. Donc modérez vos paroles et respectez ce blog et les gens. Merci.

samedi 9 juin 2018

[FILM] MUGEN NO JUUNIN: BLADE OF THE IMMORTAL Pt.2/3

mugen no juunin: blade of the immortal bannière
mugen no juunin: blade of the immortal affiche
Si vous avez lu la partie 1 de mon dossier sur Mugen no juunin, alias Blade of the immortal ou L'Habitant de l'Infini chez nous, vous savez que le manga papier et mon manga préféré. Donc, quand l'adaptation d'un film live avait été annoncé j'avais comme on dit en langage sale lol "bandé" (si si, une fille bande aussi lol). Mais en plus, le film serait signé par Takashi Miike! Le film est sortie sous le titre Blade of the Immortal en 2017 chez Netflix.

J'ai donc visionné les 2h20 de ce film... c'est une horreur. Oui, le film est très mauvais, ça a été un supplice du début à la fin. Je suis hyper en phase avec le mot "adaptation", ça, c'est vraiment quelque chose que je tiens depuis longtemps et qui je pense se voit depuis l'ouverture de mon blog. Mais là, non seulement il y a d’adaptation que les noms, la trame de fond avec la vengeance et l'immortalité mais en plus c'est de l'expéditif de scénario au rabais. Ça fait très maigre pour un manga  grand format ultra riche et complet de 30 tomes!!! En même temps, quand tu vois le carnage avec Death Note, je ne sais pas pourquoi je m'attendais à quelque chose de bien.

J'ai lu tellement d'inepties sur Internet comme quoi le film était bon. Bon? Sérieusement? Bon en quoi? Parce que l'image est belle, parce que c'est bien joué et parce que c'est violent? Et bien excusez moi mais ça n'en fait pas un bon film. C'est d'un creux infini! Les personnages arrivent comme des cheveux sur la soupe. A aucun moment on ne sait qui/quoi/pourquoi. De plus, il n'y a absolument aucune information de temps alors que bordel, c'est une quête tant pour Lin/Manji, Anotsu/le Ittoryu, Le Gouvernement etc etc.... Là ça s’enchaîne de manière dégueulasse, tout devient prétexte à combattre avec rien d'autre en fond.
mugen no juunin: blade of the immortal screen 1
La force de Mugen no Juunin se sont ses personnages ultra travaillés et charismatiques, tant les rôles principaux que tous les rôles secondaires. Chacun devient à un moment ami ou ennemi, semant la confusion chez le lecteur et les personnages eux-mêmes. Dans ce film, il n'y a absolument rien de tout cela, tout passe à la trappe. Magatsu est censé être le plus grand ami d'Anotsu, ici c'est juste un gars qui croisera la route de Manji. Maki est la femme que Anotsu aime et dont Maki est lié pour toujours. Ici elle va crever en servant de bouclier sans rien d'autre. Hors, Anotsu est tout pour Maki, la scène où elle meurt dans le manga est très intense. C'est lamentable. Je ne vous parle même pas de la relation Lin/Anotsu qui n'existe même pas ici.

mugen no juunin: blade of the immortal screen 2
Habaki est un stratège, un gros pourri du gouvernement à la solde de son Shogun adoré. Ici, vous n'en saurez rien, c'est juste un mec qui veut la peau d'Antosu... Il a un certain charisme de "méchant", à une fille qui fera tout pour lui, il avait le Muganryu composé notamment de Hyakurin et Giichi. A aucun moment vous n'avez d'infos sur les différentes organisations. Mais bordel, comment on peut dégager tout ca?!
Même les membres du Ittoryu comprenaient des personnages phares très bien traités et imposants comme Doa et Isaku. Là t'as toujours rien de rien. Je ne vais même pas tout dire, tellement ca m'énerve.

Ensuite, que le film ne soit pas censuré niveau sang, membres qui volent etc, ok. Encore que c'est certainement pour faire du public. Mais pourquoi censuré la relation Lin et Manji? Elle est attirée par lui, aura quelques contacts (baiser sur la bouche, masturbation, corps qui se touchent ....), là on ne sait rien du tout. Lin évolue, elle sera de moins en moins la gamine idiote demandant l'aide de Manji. 
mugen no juunin: blade of the immortal screen 4
Là ce n'est qu'une pauvre gamine inutile qui colle un tueur. A la scène finale il lui dit qu'il restera avec elle jusqu'à sa mort!!! Pardon? Vous avez au moins connaissance de la fin du manga, vous l'avez lu? Moi je ne crois pas. Car l'aboutissement du manga est TOTALEMENT différent.
Je n'ai même plus envie de rien dire. Ce n'est pas Blade of the Immortal, c'est juste un film d'un gars immortel qui protège une gamine en découpant des mecs sur la route qui mène au comme par hasard à Anotsu. Le tout joliment empaqueté par Takashi Miike. Ah si, au moins les costumes et les coiffures sont fidèles.
Si vous vouliez la même profondeur scénaristique, la même profondeur esthétique (y'a aucun décors dans le film mdr), et les mêmes dialogues philosophiques que dans le manga, ne regardez pas ce film. Je vous fais vraiment gagner 2h20 de votre temps.


Ne ratez pas ma 3ème et dernière partie qui concerne la série animé. XoXo
MA NOTE: 05/20


© Ce n'est que mon avis et opinion, ma façon d'interpréter les choses parmi tant d'autres.
Libre à chacun d'être d'accord ou pas, mais on n'impose pas son point de vue aux autres.
Donc modérez vos paroles et respectez ce blog et les gens. Merci.
Ce sont mes propres textes, merci de ne pas me copier sans mon accord. Je reste à
disposition pour toutes demandes, donc contactez moi au lieu de me plagier.

mardi 5 juin 2018

[LECTURE] MUGEN NO JUUNIN Pt.1/3

mugen no juunin: l'habitant de l'infini bannière
mugen no juunin: l'habitant de l'infini manga
Mugen no juunin, ou chez nous L'Habitant de l'Infini, est mon manga papier préféré. C'est assez rare que j'ai envie d'acheter un manga, alors pour vous dire à quel point j'adore! Ce manga est sorti en 1995 chez Casterman dans une première édition arrêté au volume 9, que je n'ai pas connu et qui ne me faisait pas envie. 
La 2ème édition, chez Sakka, s'est bien achevée au volume 30. Les couvertures sont très belles, simples et aérées. Il aura fallu 19 ans à Hiroaki SAMURA pour réaliser son œuvre phare. On n'en n'a pratiquement pas entendu parler malgré la grande qualité graphique et scénaristique. Mise à part ces derniers temps, avec l'anime et le film live (j'en parlerai dans les prochaines parties) car ce manga a finalement eu sa place dans les cœurs des lecteurs.

Je parlais de qualité graphique et pour cause Samura a dessiné tout à la main et franchement c'est très beau. Il n'y a pratiquement pas de cases où ça donne l'impression d'être le bordel. Les pages entières avec un ou plusieurs personnage sont tellement belles. Il y a plein de détails, parfois un peu trop même, on ne sait plus où regarder.
mugen no juunin: l'habitant de l'infini manga 1
L'histoire est celle de Manji, ancien samouraï, devenu le ronin Tueur d'une centaine (je vous laisse découvrir pourquoi) est responsable de la folie puis de la mort de sa sœur. Rongé par la culpabilité, il va se racheter en acceptant d'être immortel et d'aider qui aura besoin en tuant 1000 scélérats qui lèvera la malédiction qui aura pour conséquence de lui accorder la mort. C'est comme cela qu'il va rencontrer Lin, second personnage central qui va l'emmener dans un périple infernal sur fond de vengeance. En fait, c'est comme si on suivait une série à la télé car on a d'un côté Lin avec Manji qui poursuivent le Ittoryu. De l'autre le Ittoryu qui avance pour être la seule école d'escrime (en fait c'est plus profond que ça, mais je n'ai pas envie de gâcher l'histoire). Mais aussi le gouvernement, les espions, les familles, les clans etc qui se croisent ou se regroupent à un moment ou un autre.

mugen no juunin: l'habitant de l'infini manga 2
L’histoire se déroulent à l’ère Edo, en 1770. Samura prend un soin tout particulier à représenter les bâtiments, les décors, les coutumes, et l’ambiance de cette époque. Ainsi, si vous n'avez pas l'habitude de cette époque, vous apprenez de petites choses comme le fait que dans les relais et auberges, les clients se lavaient dans la même eau de "baignoire" lol. Ou qu'il y avait l'été beaucoup de nuisibles à subir comme les tiques, punaises, poux, ça donne envie!

Si parfois vous avez du mal à reconnaître un protagoniste (ce qui est rare vu le soin apporté) il vous suffit de regarder les vêtements. Les vêtements, kimono ou autres yukata sont très beaux, avec des détails qui vont jusqu'à inclure un signe distinctif pour chaque personnage. Lin ce sont des flammes. Manji la svastika qui n'est pas du tout la croix gammée, mais le symbole de l'éternité qui signifie "le bien".
D'ailleurs, pour éviter les éventuels problèmes, Samura placera à de nombreuses reprises que c'est la svastika! Anotsu a des espèces de "S" enroulé etc il va même jusqu'à élaborer des coiffures. Franchement y'a des scènes où certains combattants sont les uns à côté des autres, style beaux gosses, ont va casser la baraque, les cheveux au vent, ça a tellement de la gueule!
mugen no juunin: l'habitant de l'infini manga 3
Mugen no Juunin est un seinen adulte de part les thèmes abordés et les scènes qui se déroulent. Quand on jette un œil au travail de Samura sur ces planches érotico-morbides-sadomasochistes on comprend et on reconnait le style inculqué dans le manga. 
ici, le ton est donné dès le début avec le massacre de la famille de Lin (dont le viole de sa mère), les combats sanglants et les mœurs de certains personnages. D'ailleurs on retrouve des procédés de tortures similaires.
Etant donné qu'il s'agit d'une vengeance, il est évident qu'il y aura des combats, du sang. Mais comme les autres groupes sont eux aussi en quête, il y a une grosse dose de violence! Et on remarque très vite que l'un des sujets favoris de Samura sont les sévices faits aux femmes. Ce n'est pas de violence verbale, mais de la violence visuelle et pour cela Samura est très doué.
Ce qui est très intéressant, c'est qu'on suit chaque personnage ou groupe de personnages. Et ce n'est pas qu'une succession de combats car on nous présente vraiment les personnages dans leurs dessins, leur psychologie, leur but, leur naufrage.
Il m'est arrivé à plusieurs reprises, tout comme Lin, de me lier "d'amitié" aux ennemis. Jusqu'à parfois semer la confusion car je ne savais plus qui était ami ou ennemi (Hyiakurin, Anotsu, Magatsu...), alors que certain sont et resteront d'énormes pourritures cosmiques XD (ShiraHabaki Kagimura...). Car en effet, Samura n'hésite pas à faire changer l'états d’esprit de ses personnages et nous aussi on ne sait plus où est le bien ou le mal. C'est cette évolution qui offre toute la profondeur des personnages.
Vous remarquerez qu'il ne sera pas rare que pour faire évoluer tout ses personnages, Samura délaissera Lin et Manji pendant de longues pages. J'avoue qu'au début c'était déroutant, puis on comprend la mécanique. La conséquence sur les personnages c'est que ca leurs donnent un passif, une évolution et une conclusion (certes rapide pour certains, mais il fallait bien que l’histoire s'arrête un jour).
mugen no juunin: l'habitant de l'infini manga 4
Avant de conclure, j'aimerai revenir sur les thèmes abordés. Outre que l'esprit du guerrier, les personnages réfléchissent à quelle est leur place dans un pays en paix. Evidemment, il y a la vengeance qui amène à réfléchir sur le fait que ça ne ramènera pas les êtres. Et plus encore sur la rédemption.
Vous trouverez beaucoup de politique. La médecine sera aussi habilement abordée via Manji.
Ce qui nous fait venir au sujet fascinant qu'est le thème de l’immortalité et les difficultés que ça implique: la jalousie des autres, l'envie de se battre contre un grand adversaire, la curiosité, l'éternelle vide et errance, avoir un but.

La fin a dû en décevoir plus d'un, mais moi ça n'a pas été le cas. Il ne faut pas avoir fait Bac+4 pour deviner où va en venir la fin. Bien sûr on aimerait que certaines choses se fassent ou se produisent car on a nos personnages préférés, mais ça ne sera pas le cas. Et c'est logique, car L'Habitant de l'infini c'est une fresque de samouraï donc pour autant que je sache par mes lectures et visionnages, les péripéties de samouraï ne finissent pas en Happy End. Le manga fini comme il devait finir.
ATTENTION SPOILER MAINTENANT: Manji ne se mettra pas avec Lin, c'est un solitaire qui vit pour le combat et la levée de sa malédiction. Lin aime Manji, mais sa voix n'est pas celle qu'emprunte Manji. On sait qu'elle a vécu et a certainement eu des enfants vu que c'était son souhait formulé auprès de Hyiakurin. L'ironie, c'est qu'elle elle se sera probablement rappeler toute sa vie de son garde du corps, mais Manji lui l'a oublié!
La hantise d'Anotsu était qu'on se rappelle de lui et du Ittoryu, mais au final les armes symboles de cette époque sont révolues. Les descendants de guerriers ou de saumurai ne sont plus que des nobles, c'est ce dont ils craignaient. Même Manji avait oublié le nom d'Anotsu...une très grande symbolique l'air de rien.

Ne manquez pas mes 2 autres parties qui traiteront l'un sur le film et l'autre sur l'anime. A bientôt.
MA NOTE: 18/20
mugen no juunin: l'habitant de l'infini manga 5
© Ce n'est que mon avis et opinion, ma façon d'interpréter les choses parmi tant d'autres. Libre à chacun d'être d'accord ou pas,
mais on n'impose pas son point de vue aux autres. Donc modérez vos paroles et respectez ce blog et les gens. Merci.